- - Coronavirus : le sang de ver marin pourrait donner de l'air l'hpital, en pleine crise du Covid-19

nasser
:: ::

  nasser

: 26 - 1 - 2008
:
: 65,005

nasser

[ nasser ]
: 6677
Covid-19 : l'essai clinique avec le sang de ver marin a t prcipitamment interrompu
09-04-2020, 23:54 2   

Covid-19 : l'essai clinique avec le sang de ver marin a t prcipitamment interrompu
اضغط على الصورة لرؤيتها بالحجم الطبيعي
le 09.04.2020
L'hmoglobine de ver marin devait permettre d'apporter de l'oxygne aux patients gravement atteints du Covid-19. Mais la lumire d'une tude dont ils n'avaient pas eu connaissance, les Hpitaux de Paris ont stopp prcipitamment l'essai clinique avant mme qu'il n'ait dmarr.

L'essai clinique qui prvoyait d'administrer des patients atteints du Covid-19 une solution issue du sang d'un ver marin a t stopp jeudi 9 avril 2020, son autorisation ayant t retire dans l'attente d'une nouvelle valuation, a indiqu l'Assistance publique-Hpitaux de Paris (AP-HP).

100% de ltalit chez le porc
L'Agence du mdicament (ANSM) a dcid de "suspendre en urgence" le feu vert qu'elle avait donn pour cette tude, aprs avoir pris connaissance de rsultats ngatifs d'une tude prcdente sur des porcs de cette solution aux pouvoirs d'oxygnation trs importants, fabrique par la socit bretonne Hemarina. En consquence, "l'AP-HP a dcid de ne plus tre promoteur" de cet essai clinique, explique le groupement hospitalier dans un bref communiqu, qui prcise que "l'essai n'avait pas dbut" et aucun patient n'a donc reu ce produit exprimental. "Il vient d'tre port la connaissance de l'ANSM la ralisation en 2011 d'une tude non clinique chez le porc", qui s'est traduite par "une ltalit de 100%" chez les animaux ayant reu cette substance, observe le gendarme des mdicaments dans sa dcision, date du 8 avril et transmise par l'AP-HP. Or les "rsultats de cette tude n'ont pas t verss l'ANSM dans le cadre de la demande d'autorisation de l'essai clinique", souligne l'agence, ajoutant qu'une "rvaluation (...) est ncessaire pour apprcier les risques encourus au regard du bnfice escompt chez les patients".

L'AP-HP avait annonc samedi 4 avril le lancement de cet essai, qui avait reu l'autorisation de l'ANSM le 27 mars et le feu vert d'un comit de protection des personnes le 3 avril. Dix patients en tat trs grave, hospitaliss avec un syndrome de dtresse respiratoire aigu (SDRA) dans les services de ranimation de l'Hpital europen Georges-Pompidou et de la Piti-Salptrire, devaient se voir administrer ce produit pour valuer s'il tait bien tolr et s'il permettait d'amliorer l'oxygnation de leurs organes.

C'tait un autre produit, se dfend Hemarina
"Cette tude prclinique portait sur un produit non pharmaceutique totalement diffrent du produit actuel", se dfend Hemarina dans un communiqu, jugeant la dcision de l'AP-HP "expditive". L'tude "n'avait pu, l'poque, conclure 'au bnfice ou l'absence de bnfice du produit' sur un modle particulier de choc hmorragique ltal". Le produit M101 qui devait tre administr aux patients a ensuite t utilis "avec succs" pour des indications de greffes, selon "un protocole et une formulation trs diffrente".