l'education encore un plan. -



dafatir

 

  abomo007
abomo007
:: ::
: 26 - 11 - 2008
: safi
: 3,691
: 519
abomo007   abomo007   abomo007   abomo007   abomo007   abomo007
abomo007
[ abomo007 ]
:519
07-06-2009, 22:31 1   
l'education encore un plan.


Pour comprendre le dysfonctionnement de notre enseignement qui a ncessit la mise en place, cette rentre scolaire (2008/2009), dun " plan durgence", afin de rattraper des retards mis sur le compte des prcdentes rformes (1), je distingue, dans tout systme ducatif public de pays en voie de dveloppement, une multitude de ralits. Je les rduis, dans le ntre, deux pour attirer lattention sur le danger quencourt tout systme qui prend lune pour lautre et je leur attribue les dnominations suivantes :

La premire est la ralit vraie qui correspond au vcu quotidien des enseignants et des apprenants, sur le terrain, dans leur rapport denseignement/apprentissage. Cest le lieu dinteractions directes de facteurs de diffrents ordres, notamment humains, pdagogiques mais aussi matriels ou conomiques, de manifestations des erreurs de fonctionnement de toutes natures. Comme son nom lindique, cest cette ralit et elle seule qui reflte ltat dans lequel se trouve le systme, loin de toute spculation ou rhtorique.

La seconde, est la ralit fabrique, frquente dans les pays tiers-mondistes o les effets conjugus des dmographies explosives, des conomies prcaires et des gestions imparfaites crent des situations pdagogiques compliques. Bien videmment, cette ralit nexiste pas dans les espaces pdagogiques. Elle est plutt la projection, dans lavenir, de ce que les responsables souhaitent que la situation devienne. En priodes de crises, les protagonistes de lducation y voient une manuvre pour apaiser les tensions plutt quune stratgie pour rsoudre les problmes et contestent quon la prsente pour la vraie.

Au Maroc, ds le lendemain de lindpendance, la commission de lenseignement a labor dans lenthousiasme, ce quil est convenu dappeler les quatre principes (2). Ceux-ci sont trop ambitieux pour tre raliss, tout au moins dans les dlais. Plus de cinquante ans plus tard, leur nature mme a volu et leur approche ncessite dornavant des rvisions radicales. Les marocains ont aujourdhui suffisamment de recul pour admettre, par exemple, que le principe de larabisation doit tre examin en rapport avec la conjoncture socioconomique, que celui de lunification de lenseignement doit prendre en compte lexigence des citoyens en matire de qualit .

Dautre part, les responsables successifs de lEducation ont commis souvent lerreur de sous- estimer les jugements et les alertes qui manent de lintrieur du pays et ont toujours attendu pour ragir que ceux-ci soient exprims par des organismes trangers tels la Banque Mondiale ou lUnesco. Ils nont aujourdhui dautres choix que de reconnatre que notre enseignement ne rpond pas encore aux exigences de lefficacit et de la modernit et quil faut se mettre au travail pour y parvenir. Mais le plan qui sen est dgag me laisse sceptique pour une quantit de raisons quil nest ni possible ni convenable dtaler exhaustivement dans le cadre ncessairement restreint de cette rflexion. En quatre volets (3), il prsente les problmes que le ministre envisage de rsoudre en priorit, aux alentours de 2012. Ce sont des problmes rels mais qui ne sont pas nouveaux. Je mtonne mme quils ne soient pas rsolus depuis longtemps dj, au moins partiellement. Il sagit donc, mon sens, moins dun programme dactions que dune dclaration dintentions, reprise et r exprime avec la mme ardeur que par le pass. Mais si importants soient-ils, ces problmes ne sont pas plus graves que dautres quon nvoque jamais ou pas assez. Ceux-l sont pernicieux parce quils passent inaperus alors que dans notre ralit vraie, ils causent des prjudices incalculables. Jen numrerai quelques uns.

Au risque de surprendre ou de contrarier, je signalerai pour commencer que notre enseignement ne dispose pas dune langue dtude (4) c'est--dire, une langue qui permette lchange en milieu scolaire, la transmission de la totalit des apprentissages, tous les stades pour assurer la continuit et lharmonie, une langue outil de travail, c'est--dire lessentiel. Dans beaucoup de pays du monde, ce rle est attribu la langue maternelle quand celle-ci est pratique sur tout le territoire, dispose dune grammaire labore et dun mode dcriture rgulier et stable. Dans dautres, o ces conditions ne sont pas runies, on recourt une langue demprunt, une langue trangre.

Au Maroc, o il y a une pluralit de dialectes maternels, souvent non crits, le choix a t normalement port sur la langue arabe classique. Plusieurs facteurs jouent en faveur de cette option. Langue du Coran, langue au pass glorieux, langue commune tous les arabes, tout la prdispose tre la langue outil dtude de notre enseignement. Malheureusement, larabisation a t conue dans une logique de passion plutt que de raison, puis elle a t entreprise dans la prcipitation pour sarrter en cours de route crant ainsi des situations ingrables pour des gnrations entires devenues incapables dentreprendre et de russir des tudes suprieures. Cette arabisation, et prcisment celle-ci, a laiss notre systme sans outil de fonctionnement. Il est par consquent impratif et urgent de lui en procurer un, sans dtours et sans complaisances.

Le second problme concerne les concepts, les mthodes de didactique et de pdagogie qui traversent continuellement nos institutions. Ceux-ci auraient constitu un facteur de diversit et denrichissement sils taient adapts et matriss. Or, ce quils prconisent (travail individualis, abandon de la notation, implication des lves et liberts de manuvres de plus en plus importantes aux enseignants) est souvent incompatible avec les spcificits de nos coles (classes surcharges, surtout en milieu rural, systmes dvaluation contraignants, absence dencadrement en familles et formation continue quasi inexistante pour les professeurs). Lexcs doptimisme des courants "novateurs" fait perdre de vue la vocation de lcole publique (enseignement du savoir tabli (5)), la nature et la capacit des lves issus de milieux socialement et culturellement htrognes ragir aux contenus des savoirs et savoir-faire scolaires et le vrai rle des enseignants qui consiste, non pas crer des programmes ou laborer des manuels mais mettre en application les premiers et faire le meilleur usage des seconds. Cest un rle dautant plus important que toute la russite de lentreprise pdagogique en dpend.

Un plan de rforme doit, mon avis, se donner des objectifs ralistes (assurer au plus large public laccs aux savoirs fondamentaux tels, la lecture, lcriture, le calcul ,linitiation aux disciplines de base et crer en eux des conduites saines et pratiques) au moyen de pdagogies ralistes et opratoires. Arrivs lge de la maturit cognitive, les lves ayant acquis correctement les savoirs et les savoir-faire de base parviennent rattraper tous les retards, combler toutes les lacunes et mme se surpasser. Cest cela qui explique les brillantes russites de certaines personnalits issues pourtant de milieux matriellement et culturellement dmunis.

Les dysfonctionnements que jai numrs, savoir labsence dune langue dtude et le recours des pdagogies inappropries, ont entran des problmes de rendements scolaires qui ont contraint les autorits de lducation adopter, en matire dorientation, des conduites incomprhensibles.

Un systme dans lequel il y a de si grands problmes ne peut, de toute vidence, produire lexcellence ou lexiger de ses bnficiaires. Il ne peut pas non plus leur garantir le niveau de matrise de la langue et de la culture franaises quil requiert pour ladmission dans les institutions de lenseignement suprieur, en phase avec le monde de lemploi. Face cette incohrence, beaucoup dtudiants sont forcs limmigration onreuse vers des pays plus indulgents. Mais au terme de leur sjour ltranger, ils retournent au pays pour revendiquer la reconnaissance de leurs diplmes et les emplois qui leur correspondent. Les paradoxes des responsables dbouchent invitablement sur des situations compliques et sur des dcisions indfendables :

- Le systme sous estime ceux quil refoule puisque ceux-ci lui apportent la preuve de leur mrite. Ils leur fait dpenser, ltranger, un argent dont le Maroc a grandement besoin.
- Le systme se met en situation de saccommoder avec des cadres quil a jugs ou jugent encore, selon ses propres critres, en dessous du niveau requis.
- Dans un contexte de raret de lemploi, le systme lse ceux qui ont satisfait ses exigences, justifies ou non, qui ont t forms sur place pour quelques opportunits et sont, en fin de compte, obligs de les partager avec dautres.

Un plan de rforme doit liminer de telles incohrences en mettant en harmonie un critre dvaluation et un type de formation. Il doit adopter un degr dexigence raisonnable, dfendable et le faire respecter par tous.

Cette numration de problmes, de nature pdagogique, nest videmment pas exhaustive. Jespre quelle suscitera un dbat qui lenrichira. Je dirais seulement pour conclure que notre cole a besoin dun plan qui la dbarrasse de ses incohrences (6), qui lui apprenne rpondre progressivement aux besoins des citoyens et aux attentes de la socit. Pour cela, il faut quelle accepte de composer avec la ralit vraie plutt que de fabriquer des ralits errones. Les problmes dans lesquels elle sest emptre dune part, et les modes de gestion pour lesquels elle a opt dautre part, lui ont fait perdre la crdibilit et la confiance dont toute institution a besoin pour fonctionner et pour relever les dfis. Ses instruments doivent tre oprationnels et ses objectifs ralistes :

- Assurer un enseignement fondamental utile et efficace : (Enseigner lire, crire, compter et initier des disciplines et des savoir-faire de base) qui facilite lintgration plutt que de provoquer lexclusion.
- Aider combattre, par lducation, certains flaux qui minent notre socit tels lanalphabtisme, lirrationnel, lincivisme ou la corruption. Sajoute maintenant ceux l la violence meurtrire.

Un plan de rforme qui se complat dans "la ralit fabrique" pour concevoir et laborer les solutions na aucune chance daboutir. Il butera invitablement contre "la ralit vraie" qui lui imposera sa vrit et sa logique. Mais entre temps, il aura fait perdre normment de temps et normment dargent.

NOTES
(1) Depuis la mise en place du Conseil Suprieur de lenseignement , des projets de rforme ont t labors en 1975, 1985 et 1995. Des projets de charte nationale ont t galement initis en 1978, en 1981 et en 1999.

(2) C'est dans le cadre de l lan national que se runit, en fvrier 1957, sous la direction du Prsident de l'Assemble Nationale Consultative, la commission de l'enseignement qui devait laborer les quatre principes qui sont encore la base des luttes pour l'enseignement : gnralisation, arabisation, marocanisation, unification.

(3) Les quatre volets du plan d'urgence :
a- La ralisation effective du principe de l'enseignement obligatoire jusqu' l'ge de 15 ans.
b- L'encouragement et le dveloppement de la scolarisation aprs l'ge de 15 ans, au niveau du secondaire qualifiant et de l'universit.
c- La ralisation de projets susceptibles de trouver des solutions aux problmatiques transversales du systme de l'ducation et de la formation, notamment en ce qui concerne les ressources humaines. A cet gard, l'attention sera porte sur le rle du directeur de l'tablissement et de l'inspecteur comme encadreurs principaux de l'action ducative, dans le but d'valuer les diffrents intervenants qui seront rcompenss sur la base de leur efficacit.
d- Le bon fonctionnement du systme et sa continuit, travers des outils de planification et de gestion efficients. Ce volet ambitionne, entre autres, d'amliorer la gestion des ressources financires, garantir leur prennit, lutter contre les dpenses excessives et mettre en place une comptabilit gnrale et analytique.

(4) Il y a lieu de faire la distinction entre une langue dtude ou dapprentissage ( LA) qui assure la transmission du savoir et du savoir faire scolaires et des langues / objets dtudes qui constituent des disciplines programmes des fins culturelles ou professionnelles. Ces deux types de langues ne sont ou ne doivent tre ni concurrents ni exclusifs et si lunanimit venait dcharger, pour une raison quelconque, larabe du rle de LA, celle-ci devrait normalement occuper une place de choix parmi les langues objets dtudes.

(5) Lcole ne modifie pas le savoir ni ne le cre. Ceci est le rle et la vocation dautres institutions tels associations, acadmies, instituts de recherches etc.
(6) Je nai pas voqu ici des problmes dune autre nature comme :
- La sgrgation pdagogique consquente lactuelle multiplicit de lenseignement.
- Les vices professionnels apparus chez certains professeurs tels :
- le harclement pdagogique quils pratiquent sur des parents sans dfense, sous la forme dheures supplmentaires payantes.
- Lindisponibilit, parfois physique, souvent mentale de certains professeurs sur le lieu principal de leur travail ou la transformation de leurs cours en
prches ou en sances de palabres.
Ahmed benhima.









.
" " ."اضغط على الصورة لرؤيتها بالحجم الطبيعي

0 - Ͽ-
0 - .-
0 - -
0 --
0 - -
0 radia.
0 - -
0 -....-
0 .
0 - 007-


samir72
:: ::

  samir72

: 27 - 4 - 2009
: agadir
: 691

samir72

[ samir72 ]
: 208
07-06-2009, 23:51 2   

merci abomo,le programme d'urgence relatif la rforme du systme ducatif consiste donner une forte impulsion la gnralisation fondamentale, affirmer l'galit des chances en matire de l'enseignement, lutter contre le dcrochage scolaire,ce programme est d'une grande envergure au niveau de la rforme ducative
اضغط على الصورة لرؤيتها بالحجم الطبيعي

اضغط على الصورة لرؤيتها بالحجم الطبيعي

nissema
:: ::

  nissema

: 3 - 4 - 2009
:
: 4,325

nissema

[ nissema ]
: 576
08-06-2009, 11:31 3   

Merci abomo d'avoir pens partager avec nous cet article, heureuse de te voir ici


Fouad.M
:: ::


: 1 - 9 - 2008
: Rabat
: 5,510

Fouad.M

[ Fouad.M ]
: 713
08-06-2009, 11:53 4   

Merci infiniment cher ami Abomo pour cet excellent article de Mr Benhima .C'est la premire fois que je lis, avec un plaisir non dissimul ,une critique aussi lucide et pertinente de notre cher enseignement.. Il y met en lumire les plus grandes failles ,jamais avoues qui ont entrain sa dcadence vertigineuse....
Ce passage est on ne peut plus clair
:
Les dysfonctionnements que jai numrs, savoir labsence dune langue dtude et le recours des pdagogies inappropries, ont entran des problmes de rendements scolaires qui ont contraint les autorits de lducation adopter, en matire dorientation, des conduites incomprhensibles.

Un systme dans lequel il y a de si grands problmes ne peut, de toute vidence, produire lexcellence ou lexiger de ses bnficiaires. Il ne peut pas non plus leur garantir le niveau de matrise de la langue et de la culture franaises quil requiert pour ladmission dans les institutions de lenseignement suprieur, en phase avec le monde de lemploi. Face cette incohrence, beaucoup dtudiants sont forcs limmigration onreuse vers des pays plus indulgents. Mais au terme de leur sjour ltranger, ils retournent au pays pour revendiquer la reconnaissance de leurs diplmes et les emplois qui leur correspondent. Les paradoxes des responsables dbouchent invitablement sur des situations compliques et sur des dcisions indfendables.
Un plan de rforme qui se complat dans "la ralit fabrique" pour concevoir et laborer les solutions na aucune chance daboutir. Il butera invitablement contre "la ralit vraie" qui lui imposera sa vrit et sa logique. Mais entre temps, il aura fait perdre normment de temps et normment dargent.

Encore une fois ,je te remercie infiniment pour cet excellent choix.Mes sincres amitis



Ren Char : "Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront.

اضغط على الصورة لرؤيتها بالحجم الطبيعي

Fouad.M ; 08-06-2009 12:51

Fouad.M
:: ::


: 1 - 9 - 2008
: Rabat
: 5,510

Fouad.M

[ Fouad.M ]
: 713
08-06-2009, 12:11 5   

.....


Ren Char : "Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront.

اضغط على الصورة لرؤيتها بالحجم الطبيعي

()

(Tags)
encore, leducation, plan

« bilan des sujets | Punition scolaire »



Encore un de plus zahr 0 28-03-2009 22:32
Plan durgence ?....Vous avez dit plan durgence ? Fouad.M 3 25-10-2008 16:52
encore une histoire daftar 1 14-10-2008 23:12
Plan durgence ?....Vous avez dit plan durgence Fouad.M 0 12-10-2008 13:34


20:04

- - - -

Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd
1434- 2012
2007 - 2015